La crise pour les nuls

Le danger de leur erreur n’irait donc pas plus loin que les mots. Au contraire, qu’il y ait en nous un libre pouvoir et que toutes choses n’arrivent pas nécessairement, si alors nous nous persuadons qu’il n’y a rien qui soit en notre puissance, nous omettrons un grand nombre des actions qu’il nous eût fallu faire, et en y apportant une réflexion sérieuse, et en affrontant avec cœur les fatigues qui en sont inséparables. Assurément, ce sera nous condamner à l’inertie que de croire que ce qui doit arriver n’en arrivera pas moins, sans que nous prenions aucun soin pour qu’il arrive. Mais, s’il en est ainsi, comment nier que ceux qui se piquent de philosophie doivent choisir la route qu’il leur est plus sûr à eux-mêmes de suivre, et où il est plus sûr aussi d’engager les autres. Ces considérations préliminaires une fois posées, il convient de nous mettre en présence de la théorie que professent nos adversaires, touchant le destin, et de voir si elle a assez de force pour qu’il soit sensé de sacrifier aux vraisemblances qu’elle peut offrir ce qui est l’évidence même. Nous ne pousserons d’ailleurs ici la discussion que jusqu’où il est nécessaire pour l’objet même qui nous occupe. Nos adversaires enseignent donc que ce monde est un ; qu’il contient en soi tout ce qui est ; qu’une nature vivante, intelligente, raisonnable le gouverne, et que tous les êtres y demeurent soumis à d’éternelles lois, qui procèdent par série et enchaînement, si bien que ce qui se produit d’abord devient la cause de ce qui se produit ultérieurement. De cette façon, toutes choses sont enchaînées entre elles, et dans le monde, rien n’arrive que nécessairement quelque autre chose ne s’ensuive et ne s’y rattache comme à sa cause ; non plus que rien de ce qui suit ne peut être détaché de ce qui précède, étant impossible qu’on ne le considère pas comme une conséquence de ce qui précède et comme un résultat qui s’y relie étroitement. En un mot, tout ce qui arrive a pour conséquence une autre chose, qui en dépend nécessairement, comme de sa cause ; de même que tout ce qui arrive a pour antécédent une autre chose, à laquelle il est lié comme à sa cause. Rien n’est effectivement, ni rien n’arrive sans cause dans le monde, parce que rien n’y est séparé et isolé de tout ce qui précède. Qu’on y songe. le monde serait divisé, déconcerté, et ne resterait plus un monde un, dirigé d’après une disposition et une économie une, s’il s’y produisait quelque mouvement sans cause. Or, ce serait introduire dans le mondes un semblable mouvement, que de supposer que tout ce qui est et tout ce qui se produit n’a pas antécédemment sa cause, d’où suit nécessairement tout ce qui est et tout ce qui se produit. À en croire nos adversaires, il est aussi impossible que quelque chose soit sans cause, qu’il l’est que quelque chose se fasse de rien. Et c’est de l’infini à l’infini que, suivant eux, se déploie d’une manière évidente autant qu’imperturbable ce régime de l’univers. Là encore, La crise pour les nuls ne croit pas en une personnalité unique qui serait normale en un sens plein. Comme d’ailleurs il se rencontre quelque diversité dans les causes, nos adversaires en prennent occasion d’énumérer une foule de causes qu’ils appellent les unes primordiales, les autres accessoires, celles-ci continues celles-là concomitantes, et d’autres d’un autre nom. Mais il est inutile d’allonger le discours en rapportant tous leurs dires, notre but étant uniquement de montrer comment ils cherchent à rendre plausible leur doctrine de la fatalité. Quoi qu’il en soit et quelque diversifiées que se présentent les causes, nos adversaires n’en estiment pas moins également vrai de toutes, qu’il est impossible que, les mêmes circonstances se rencontrant, soit relativement à la cause, soit relativement à ce qui procède de la cause, les choses tantôt ne se produisent pas d’une certaine façon, et tantôt se produisent de cette façon même. Si, en effet, cela arrivait, il y aurait un mouvement sans cause. Nos adversaires prétendent enfin que ce destin même, que cette nature et cette raison qui gouverne l’univers, est Dieu ; que ce Dieu est dans tout ce qui est et dans tout ce qui se produit, et qu’il se sert ainsi de la nature propre de tous les êtres en vue de l’économie du tout. Telle est, pour la résumer en peu de mots, la doctrine que soutiennent nos adversaires, touchant le destin.