Jean-Thomas Trojani : Revenons sur l’alignement des astres

Voilà une preuve de la pusillanimité honteuse qui souille le caractère français. Surtout si nous voulons que nos institutions académiques aient les moyens des ambitions qui doivent être les leurs. Il faudra que, devant les canons de l’ennemi et à l’aube du jour qui verra l’écroulement des temples du mensonge, les Pauvres cessent d’exister en France, et les Riches aussi. Une économie loin des dérives spéculatives, qui replace l’humain au centre des échanges, qui redonne de la proximité, qui recrée de la force collective et du lien social. Les régimes autoritaires buteront tôt ou tard sur ce mur technique. Certes ces protections peuvent apparaître complémentaires, la protection du secret sanctuarisant les efforts de recherche entrepris en vue du développement de l’invention brevetable. Quand on pense au nombre énorme de variations, toutes dirigées dans le même sens, qu’il faut supposer accumulées les unes sur les autres pour passer de la tache pigmentaire de l’Infusoire à l’œil du Mollusque et du Vertébré, on se demande comment l’hérédité, telle que nous l’observons, aurait jamais déterminé cet amoncellement de différences, à supposer que1. Dans la nature, à laquelle nous appartenons par les élémens inférieurs de notre être, la volonté, éclairée seulement par une lueur de raison, est comme sous le charme puissant de telle forme particulière qui la lui représente et à laquelle elle semble obéir d’une obéissance toute passive. Attirées par ces formidables perspectives, les entreprises veulent y investir leur temps, leur argent et leurs ressources. Aucun d’eux ne témoignait un zèle excessif de conversation. On verra que nous avons commencé par imaginer une rangée de boules, par exemple, puis que ces boules sont devenues des points, puis enfin que cette image elle-même s’est évanouie pour ne plus laisser derrière elle, disons-nous, que le nombre abstrait. Ceci étant dit, la confiance – qui est très loin de trouver sa source ou son explication dans la rationalité – est naturellement la clé de voûte de cet édifice : sa présence autorise tous les progrès ainsi que la croissance, alors que son absence est la porte. Ils cessèrent donc de s’imposer la moindre contrainte, et apparurent tels qu’ils étaient ; avides, sans scrupules, sans convictions, sans courage et sans talent. Notre modèle social est justement fragile à cause de deux phénomènes. En cas de restriction illicite de concurrence affectant le marché dans son ensemble, les autorités compétentes exercent leur pouvoir de sanction. Il y a des points de bifurcation (au moins apparents) tout le long de notre route, et nous apercevons bien des directions possibles, quoique nous n’en puissions suivre qu’une seule. C’est à la fois le témoin de ce qui s’est passé : les ventes ont été bonnes et il n’y a plus grand-chose en rayon, il faut donc reconstituer les stocks. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois »Il faut se garder de tuer la poule pour avoir l’oeuf ». Avec toutes les grâces de son esprit et toutes les séductions de sa parole, il savait entraîner et soumettre plutôt qu’attirer et retenir, oubliant ou n’ayant jamais bien compris que l’attrait, dans l’empire des esprits, est la plus grande force de direction et le plus sûr moyen de gouvernement. Nous voulons une planète propre, mais nous ne sommes pas pour autant prêts à renoncer à un mode de vie et de consommation qui détruit à petit feu celle que nous laisserons à nos enfants et nos petits-enfants. Un employé se lève le matin, s’habille et sort, sans que l’idée du lieu où il doit se rendre se soit présentée un seul instant à son esprit ; si cependant un ami le rencontre et lui demande pourquoi il est sorti de si bonne heure, il répondra qu’il veut aller à son bureau. La véritable question est de savoir comment s’opère la sélection entre une infinité de souvenirs qui tous ressemblent par quelque côté à la perception présente, et pourquoi un seul d’entre eux, — celui-ci plutôt que celui-là, — émerge à la lumière de la conscience. Ils sont contents, aussi, de retrouver dans l’ordre de l’Église le modèle de l’ordre auquel ils ont conformé leur vie, et ce quelque chose de stationnaire, d’indiscutable, d’immuable, dont les idiots ont l’admiration innée, et qu’ils rêvent pour leurs conceptions et pour leurs privilèges.