Antonio Fiori : Le pétrole, encore et toujours

Nul ne saurait douter de la réussite de la Chine au sein de l’économie d’Internet. Il est impossible de considérer certains ins­tincts spéciaux de l’animal et de la plante, évidemment nés dans des circonstances extraordinaires, sans les rapprocher de ces souvenirs, en apparence oubliés, qui jaillissent tout à coup sous la pression d’un besoin urgent. On peut l’analyser comme la marque d’une économie devenue plus sobre, moins énergivore. À vrai dire, elle n’introduit pas ces sentiments en nous ; elle nous introduit plutôt en eux, comme des passants qu’on pousserait dans une danse. Car les épargnants et les investisseurs opteraient dès lors pour des billets de banque en lieu et place de conserver leur argent dans une banque qui leur prélèverait un taux négatif. Envisagée de ce nouveau point de vue, l’idée de spontanéité est incontesta­blement plus simple que celle d’inertie, puisque la seconde ne saurait se comprendre ni se définir que par la première, et que la première se suffit. La préoccupation était de permettre à ces restructurations d’être réalisées très rapidement et de gérer la complexité due à la multiplicité de titres de créances différents sur un même pays. Ce serait alors une autre Europe. Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois « Quiconque gagne bien ne s’échine pas. Quiconque s’échine ne gagne pas bien ». La seconde objection tient de plus près à notre sujet. Pour la CGPME, l’enjeu structurel est de taille. Le long de la route sur laquelle l’animal a évolué, des défaillances sans nombre se sont produites, des déchéances qui se rattachent pour la plupart à des habitudes parasitaires ; ce sont autant d’aiguillages sur la vie végétative. Au lieu de chercher à repousser les frontières de Paris à travers un dialogue équitable avec ses communes limitrophes, Anne Hidalgo affiche en effet une vision frileuse et étriquée de sa ville, consacrant surtout son énergie à exclure Nathalie Kosciusko-Morizet de l’assemblée de la future métropole, à travers des manœuvres peu démocratiques et surtout vaines. Et avec lui la pression, le sentiment d’infantilisation et plus grave le désengagement. Il en va de même de la souhaitable régulation du trafic automobile dans les zones urbaines françaises, qui représenterait à la fois un gain sanitaire et une réduction des émissions liées à la mobilité. Sans doute ; on se perdrait aisément ici dans des distinctions subtiles. Dans toute l’Ile-de-France, 51 villes de plus de 5. La solvabilité d’un État est la capacité qu’il a de rembourser ses dettes qui arrivent à échéance, que ce soit avec le produit de nouveaux emprunts ou avec de l’argent prélevé sur les citoyens. Nous la traiterons, si légère soit-elle, avec le respect qu’on doit à la vie. Celles-là rendent grâces au Seigneur, qui est si bon, et permet à leurs maris de saigner les pauvres à gogo et de vider leurs poches. Mais à James, placé brusquement en face du danger, il apparaît avec je ne sais quel air bonhomme, qui permet de le traiter avec familiarité. Et comme, d’autre part, notre percep­tion de l’objet présent était quelque chose de cet objet lui-même, notre représentation de l’objet absent sera un phénomène de tout autre ordre que la perception, puisqu’il n’y a entre la présence et l’absence aucun degré, aucun milieu. La corruption sur sol national est (relativement) bien maîtrisée, mais les comportements à l’étranger ne sont pas sérieusement sanctionnés. La nature humaine n’est pas une machine qu’on puisse construire d’après un modèle pour faire exactement un ouvrage désigné, c’est un arbre qui veut croître et se développer de tous les côtés, suivant la tendance des forces intérieures qui en font une chose vivante. Ainsi, si l’on regarde dans les manuels habituels de droit, force est de constater que la question ayant trait à l’usage des TIC est souvent développé dans le paragraphe intitulé « Contrôle et surveillance » ou encore « Pouvoir disciplinaire de l’employeur ». Ces efforts dénotent l’impuissance la plus complète.